Qui est derrière le projet Destination Yul?

Publié le 01-09-2016

Kheng Ly, président et chef de la direction du GroupeBrivia, Guido Caso, vice-président des ventes et marketing, et Fernando Bucci,vice-président opérations de Destination YUL. 


Condopropriétaire a rencontré les membres de la direction de Destination YUL qui nous ont parlé de leur projet.

Au cours de la seconde moitié de 2017, le centre-ville de Montréal verra sortir de la terre le projet Destination YUL, soit deux tours de condos de 38 étages et une rangée de 17 maisons luxueuses.

Ce projet de l’ordre de plus de 300 millions de dollars est un investissement de YUL Condominiums inc., un consortium dirigé par le Groupe Brivia et le Groupe Tianco. Celui-ci est une filiale canadienne du groupe privé chinois Gansu Tianqing Real Estate.

«Incroyable, le plus beau qu’on n'ait jamais fait, spécialement la qualité, la localisation et d’avoir la meilleure équipe», se félicite Kheng Ly, président et chef de la direction du Groupe Brivia, que Condoproprietaire a rencontré en présence de Guido Caso, vice-président des ventes et marketing, et Fernando Bucci, vice-président opérations.

Kheng Ly parle d’un projet exclusif avec un jardin intérieur de 22 000 pieds carrés. «Personne au centre-ville n’a un jardin d’une telle superficie», a souligné le promoteur d’origine sino-cambodgienne.

Situé dans le quadrilatère boulevard René-Lévesque, et des rues Bishop, McKay et de l’avenue Overdale, les deux tours, dont la construction va bon train, auront respectivement 376 et 420 unités. Y sont inclus des penthouses de 1,8 M$ jusqu’à 3-4 M$. Le long de la rue Overdale, 17 luxueuses maisons de ville de quatre étages chacune avec garage double et ascenseur seront érigées. Prix demandé : 1,8M$.

Pour réaliser le projet, le promoteur a fait appel à Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes, concepteur entre autres de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Les espaces communs, eux, seront meublés par Armani/Casa. Yul se vante aussi d’avoir la plus longue piscine intérieure du centre-ville et un gym vitré avec une vue panoramique de 360°.

«Environ 80% vendus»

«Localisation, localisation, localisation», répète Kheng Ly en parlant du choix du centre-ville. Ainsi donc, dénicher le meilleur emplacement à proximité des services, notamment du transport en commun, demeure le premier défi de l’extrême majorité des promoteurs. «En comparaison à Vancouver et à Toronto, Montréal a le prix le plus bas», relève le promoteur.

À ce chapitre, l’idée de construire en hauteur, enchaîne pour sa part Fernando Bucci, est de densifier. «Les pieds carrés ont été distribués de façon intelligente. Le but est d’avoir un secteur privé sur la rue en arrière (Overdale) versus un secteur plus attitré centre-ville.»

De l’avis de Guido Caso, «les gens qui achètent veulent habiter au centre-ville et ce que l’on voit depuis deux ans environ, c’est que les gens veulent retourner à Montréal».

Il va sans dire que le centre-ville de Montréal reste attrayant pour les premiers ou deuxièmes acheteurs. Il n’est pas exclu en outre que le marché de la vente (ou revente) de condo dans ce secteur contribue à augmenter le nombre de ventes de ce genre d’habitation à Montréal. En effet, la métropole a enregistré 4223 ventes, soit une hausse de 7% par rapport à 2015 selon Statistiques résidentielles Centris, une étude qui a compilé les chiffres de janvier à juin 2016 et qui a été publiée par la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM).

L’attrait pour le centre-ville demeure donc d’actualité. En effet, rapporte Guido Caso «environ 80%» des condos du projet Destination YUL ont trouvé preneurs. Deux préventes concernant les maisons de ville auraient été conclues selon lui.

L’investissement chinois au centre-ville?

Une étude publiée le 13 juillet 2016 par la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) conclut que l’investissement étranger reste «relativement faible».

L’enquête révèle que seulement 4,9% des copropriétés du centre-ville appartiennent à des résidants vivant à l'extérieur du Canada. Dans la région métropolitaine, la part descend à 1,3%. Environ la moitié des acheteurs étrangers sont Français ou Américains, suivis par ceux de Chine (8%) et d'Arabie-Saoudite (5%).

«Ces données indiquent que, contrairement à la croyance populaire, les investisseurs étrangers ne semblent pas provenir principalement de pays asiatiques, dont la Chine », précise le rapport. La SCHL note aussi que l’investissement étranger dans l’immobilier «ne semble pas poser de risque relativement important pour le marché».

Pour savoir un peu plus sur le projet Destination YUL, on peut visiter le site internet : www.destinationyul.com


Par Saïd Mahrady


Nous vous invitons le mois prochain à lire l’article sur Mondev. Le promoteur  Michael Owen, partenaire principal, assure que le ralentissement dans le marché de lavente de la copropriété à Montréal n’a pas affecté Mondev Condos Urbains, bien au contraire.


Une maquette montrant les deux tours avec un jardin à l’intérieur.


Une vue aérienne du projet. 

  Les sujets traités sont offerts à titre d'information et ne représentent pas des avis juridiques.

Dans la même catégorie : Rencontre avec un promoteur

Derrière DevMcGill : un homme d'action, Stéphane Coté

condoproprietaire.com a rencontré Stéphane Côté, président de DevMcGill, qui nous raconte comment sa vie l'a mené…
  07-06-2016

Le promoteur KnightsBridge: trois jeunes entrepreneurs rigoureux et ambitieux

Le nom « KnightsBridge » évoque pour certains un quartier luxueux, en plein cœur de Londres. Pour d’autres,…
  31-05-2016

Michael Owen de Mondev et le marché de la copropriété

Le ralentissement dans le marché de la vente de la copropriété à Montréal n’a pas affecté Mondev Condos Urbains,…
  01-10-2016
blog comments powered by Disqus